Calculs biliaires, un nouveau traitement : la lithotritie intracorporelle sous cholangioscopie.

La lithiase biliaire est une affection fréquente dans les pays occidentaux.
En France, elle touche 10 à 15 % de la population adulte et jusqu’à 30 % des personnes au-delà de 60 ans.
Dans une large majorité des cas, il s’agit de calculs insolubles constitués de sels de cholestérol et logés à l’intérieur des voies biliaires ou de la vésicule ; lorsque le calcul dans la vésicule migre dans le cholédoque, l’évacuation de la bile est perturbée, pouvant entrainer une infection de la bile (angiocholite).
L’évacuation des canaux pancréatiques peut être également perturbée et à l’origine d’une inflammation du pancréas (pancréatite aiguë).
Le traitement endoscopique consiste à retirer les calculs sans opérer le patient lors d’une CPRE (cf. schéma).
Dans certains cas (taille supérieure à 15 mm, nombre supérieur à 3, sténose distale du cholédoque, position intra-hépatique etc..), les calculs ne peuvent pas être retirés par les techniques endoscopiques usuelles.
Dans ces cas, pour éviter une chirurgie, un traitement innovant consiste à introduire un endoscope miniaturisé (cholangioscope) dans les voies biliaires pour aller au contact du calcul et le détruire par lithotritie (consistant à envoyer des ondes de choc depuis une sonde intracoroporelle sur un calcul pour le fragmenter).      

Traitement par lithotritie hydroélectrolytique des calculs biliaires

Cette nouvelle technique est préconisée par les recommandations internationales récentes (ESGE).
La destruction par lithotritie (intracorporelle) sous contrôle endoscopique des calculs biliaires complexes est réalisée lors d’une courte hospitalisation lors d’une endoscopie haute. 

Calculs biliaires et tumeur des voies biliaires extra-hépatiques : une investigation innovante avant un traitement chirurgical lourd.

La chirurgie du cancer des voies biliaires extra-hépatiques est une chirurgie à risque : la mortalité est estimée entre 5 et 15% et la morbidité entre 40 et 70%.
Le bilan réalisé avant cette chirurgie (scanner, IRM, échographie), n’est pas parfait, sa sensibilité est de 60% ; il en résulte que 15 à 25 % des patients opérés pour un cancer des voies biliaires n’en ont pas.
Dans ces cas, l’ictère et la sténose des voies biliaires sont causés pour une maladie bénigne des voies biliaires (Cholangite, sténose post opératoire …).
Ces patients subissent une chirurgie lourde inutile.
Afin d’améliorer la précision du diagnostique pour le cancer des voies biliaires, un endoscope miniaturisé (cholangioscope) peut être introduit dans les voies biliaires pour mieux voir et biopsier la sténose des voies biliaires (cf. cholangio-pancreatoscopie).

Dans certains cas, l’obstruction biliaire est en rapport avec un calcul impacté qui peut être diagnostiqué et traité pendant une cholangioscopie. Des études récentes montrent l’intérêt de cet examen endoscopique avant une chirurgie des voies biliaires.
La cholangioscopie est réalisée lors d’une endoscopie haute (CPRE) nécessitant une courte hospitalisation.

Dans certains cas l'obstruction biliaire est en rapport avec un calcul impacté qui peut être diagnostiqué et traité pendant une cholangioscopie. Des études récentes montrent l’intérêt de cet examen endoscopique avant une chirurgie des voies biliaires. La cholangioscopie est réalisée lors d’une endoscopie haute (CPRE) nécessitant une courte hospitalisation.

Dilatation des voies biliaires d'étiologie indéterminée : interêt de la cholangioscopie

Les causes fréquentes de dilatation des voies biliaires intra et/ou extra hépatiques, en France, correspondent à l’obstruction des canaux biliaires par des calculs, ou à un cancer du pancréas.
Cette obstruction entraîne un ictère (ou jaunisse), l’étiologie est souvent facilement visualisée lors d’une échographie ou d’un scanner, révélant un calcul obstructif ou une tumeur du pancréas.
Les causes plus rares de dilatation des voies biliaires sont les cholangites (inflammation des voies biliaires) ou le cholangiocarcinome (cancer des voies biliaires).
L’IRM, le scanner, l’écho endoscopie sont souvent insuffisants pour faire le diagnostic.
Ces examens montrent une sténose (rétrécissement) des voies biliaires extra-hépatiques, associée à une dilatation d’amont des voies biliaires intrahépatiques ;  la dilatation des voies biliaires est alors causée par une sténose indéterminée des voies biliaires extra-hépatiques.

Seule la cholangioscopie permet de faire la différence entre ces 2 types de pathologies (cf Cholangioscopie).

Lorsque la lithiase biliaire migre dans le cholédoque, l’évacuation de la bile est perturbée.
Une infection de la bile au dessous du calcul, appelée angiochiolite aigue entraîne un septicémie ; elle provoque des douleurs de type colique hépatique, une fièvre élevée mais aussi un ictère. Le traitement endoscopique en urgence consiste à retirer les calculs sans opérer le patient lors d’une CPRE (cf. schéma).
Lorsque le calcul biliaire migre dans le bas cholédoque, l’évacuation des canaux pancréatiques peut être perturbée, à l’origine d’une inflammation du pancréas (pancréatite aiguë) et de vives douleurs.
Le traitement endoscopique consiste à retirer les calculs sans opérer le patient lors d’une CPRE (cf. schéma).
Dans certains cas (taille supérieure à 15 mm, nombre supérieur à 3, sténose distale du cholédoque, position intra-hépatique etc..), les calculs ne peuvent pas être retirés par les techniques endoscopiques usuelles
Dans ces cas, pour éviter une chirurgie, un traitement innovant consiste à introduire un endoscope miniaturisé (SpyGlass) dans les voies biliaires pour aller au contact du calcul et le détruire par lithotritie (consistant à envoyer des ondes de choc depuis une sonde intracoroporelle sur un calcul pour le fragmenter).
Cette nouvelle technique est préconisée par les recommandations internationales récentes (ESGE).
La destruction par lithotritie (intracorporelle) sous contrôle endoscopique des calculs biliaires complexes est réalisée lors d’une courte hospitalisation lors d’une endoscopie haute (CPRE).

Les calculs biliaires, le cancer des voies biliaires ou pancréatiques sont les causes de dilatation des voies biliaires et de l’ictère par obstruction de l’écoulement de bile dans le duodénum (intestin).
Pour soigner la dilatation des voies biliaires, le traitement par endoscopie est efficace et peu invasif.
L’endoscopique digestive est devenue indispensable dans la stratégie diagnostique et thérapeutique de l’obstruction des voies biliaires extra hépatiques.